Présent dans les doctrines hindoues depuis des millénaires, le cannabis était une plante essentielle à la société indienne. De sa divinité Shiva, parfois surnommé “Seigneur du Bhang”, aux chevaliers médiévaux, puisant leur force dans des boissons au bhang, le cannabis est historiquement lié au pays. Aujourd’hui, pourtant, le cannabis et l’Inde ont une relation bien plus compliquée.

Le cas particulier du CBD légalisé

Difficile d’échapper totalement au cannabis en Inde : la plante pousse dans tout le pays à l’état sauvage. La loi sur les stupéfiants en Inde fait alors la part des choses entre l’utilisation de la tige, des graines, feuilles et de la fleur. L’interdiction dépend en effet des parties qui sont utilisées et consommées. Cela s’explique notamment par les nombreux rituels qui nécessitent des graines de cannabis. Il est par exemple légal d’utiliser les graines et les feuilles de cannabis. Ainsi, il sera fréquent de voir des gens consommer du bhang, une préparation à base de graines et feuilles de cannabis écrasées.

L’Inde fait également la différence entre cannabis pur et CBD. C’est le THC qui pose soucis, car c’est le composant de la plante qui a des effets psychotropes. Au reste, le CBD est considéré comme bénéfique pour de multiples raisons. Ses vertus thérapeutiques sont explorées, mais il apparaît déjà qu’il permet d’améliorer le sommeil, de réduire les douleurs musculaires ou encore d’alléger l’anxiété. Plusieurs spécialistes du CBD proposent par exemple des gélules au CBD ou des huiles infusées pour en expérimenter les bienfaits. Il est tout à fait légal d’en posséder et d’en consommer en Inde.

Comprendre l’interdiction du cannabis en Inde

Si l’histoire du cannabis en Inde donne l’impression qu’un voyageur ne risque rien pour possession ou consommation, il faut vite se détromper. Dès 1877, le gouvernement de la reine Victoria cherche à prohiber l’utilisation du cannabis. Il conduit une étude pour en démontrer les effets nocifs sur la santé mentale des Indiens. C’est un échec et le gouvernement ne parvient pas à rendre illégal le cannabis. Il demeure très important en Inde, notamment central à de nombreux rites religieux. Ce n’est qu’en 1985 que le pays signe l’interdiction du cannabis en Inde, considéré comme stupéfiant.

La loi surprend, car l’Inde s’est longtemps maintenue face à la pression internationale. Dès 1961, de nombreux pays du monde signent en effet une “convention unique sur les stupéfiants” incluant le cannabis. Depuis, les mentalités internationales ont bien changé. L’Afrique du Sud et le Canada ont légalisé le cannabis, par exemple et des marques investissent dans des produits au cannabis (Coca, Heineken, Corona, …). Et pourtant, l’Inde est plus sévère que jamais. Des sanctions strictes attendent ceux qui possèdent du cannabis ou qui en consomment, allant d’un an à 20 ans de prison et une amende.

Une légalisation du cannabis en vue ?

En décembre 2020, les Nations Unies ont pris une décision d’importance qui pourrait changer la donne pour le cannabis dans le monde. En effet, il a été voté à la majorité que la plante ne fait plus partie des stupéfiants. Cela ne signifie pas que les pays ayant approuvé la motion vont changer leur législation instantanément. Cependant, il serait logique d’estimer qu’ils sont en faveur d’un progrès sur la question pour s’adapter à l’industrie grimpante du cannabis. L’Inde faisait partie des pays ayant voté en faveur.

Alors que les citoyens appellent à la légalisation du cannabis dans le pays, ce changement international pourrait être le dernier coup de pouce pour convaincre le gouvernement indien. Après tout, les politiciens ne peuvent pas se leurrer. Malgré l’interdiction légale, la consommation de hachisch en Inde est très répandue. Partager un joint est, à l’instar d’une cigarette, une habitude sociale pour de nombreuses personnes. La prudence demeure maître-mot jusqu’à l’évolution juridique du pays. Autant en rester, pour le moment, aux produits CBD afin de ne rien risquer.